Le guide des marques de commerce

Les hyperliens vers des sites Web unilingues externes d'entités non assujetties à la Loi sur les langues officielles n'ont été fournis qu'à titre gracieux.


Guide des marques de commerce

  1. Comprendre les marques de commerce — Renseignements généraux
    1. Objet du guide
    2. Qui sommes-nous?
    3. Contactez-nous
    4. Votre identité sur le marché
    5. Qu'est-ce qu'une marque de commerce?
    6. Nom commercial et marque de commerce
    7. Marque de commerce déposée et marque de commerce non déposée
    8. Ce qu'il est permis (et pas permis) d'enregistrer
    9. Qui peut présenter une demande d'enregistrement?
    10. Pendant combien de temps l'enregistrement est-il valide?
    11. Combien coûte l'enregistrement?
    12. Que faut-il faire avant de présenter une demande?
    13. Envisager l'embauche d'un agent de marques de commerce agréé
  2. Production d'une demande d'enregistrement de marque de commerce — premières étapes
    1. Préparation d'une demande d'enregistrement de marque de commerce
    2. Droits de production
    3. Production de la demande
    4. Date de production de la demande
    5. Processus d'examen
    6. Abandon
    7. Correspondance avec le Bureau des marques de commerce
    8. Services électroniques
  3. Information sur les marques de commerce — pour aller plus loin
    1. Autres procédures relatives aux marques de commerce
    2. Radiation d'un enregistrement d'une marque de commerce
    3. Droit de renouvellement
    4. Emploi au Canada (procédures en vertu de l'article 45)
    5. Transferts
    6. Exigences relatives au marquage
    7. Surveillance de la marque de commerce
  4. Informations supplémentaires
    1. Sites Web pertinents
    2. Production d'une demande d'enregistrement de marque de commerce — deux (2) modèles de demande
    3. Erreurs courantes à éviter

Annexe I — Foire aux questions

Glossaire

  1. Cette version électronique du Guide est la version officielle.
  2. En cas de divergence entre le présent document et la loi applicable, c'est la loi qui prévaudra.
  3. Droits d'auteur / Autorisation de reproduction

Comprendre les marques de commerce — Renseignements généraux

Objet du guide

Nous examinerons dans le présent guide la nature des marques de commerce, les avantages qu'elles peuvent procurer, tant au détenteur qu'à son organisme, et les raisons pour lesquelles l'enregistrement est important.

De plus, le présent guide fournit un aperçu du processus d'enregistrement d'une marque de commerce. Toutefois, il ne constitue pas un recueil intégral des dispositions législatives canadiennes touchant les marques de commerce et ne saurait remplacer les conseils d'un agent de marques de commerce agréé.

Pour de plus amples renseignements sur les procédures relatives aux marques de commerce, le lecteur est prié de consulter la Loi sur les marques de commerce, le Règlement sur les marques de commerce, le Manuel d'examen des marques de commerce, le Manuel des marchandises et services, de même que la publication Qu'est-ce qui fait un nom ?. Il est possible d'obtenir des renseignements supplémentaires sur les marques de commerce auprès du Centre de services à la clientèle de l'OPIC.

Les termes employés dans le présent guide sont définis dans le glossaire.

Qui sommes-nous?

L'Office de la propriété intellectuelle du Canada, un organisme d'Industrie Canada, est chargé d'administrer et de traiter la propriété intellectuelle au Canada. Ses secteurs d'activité incluent les marques de commerce, les brevets, les droits d'auteur, les dessins industriels et les topographies de circuits intégrés.

Le Bureau des marques de commerce supervise les procédures liées aux marques de commerce au Canada et est l'autorité responsable de toutes les questions liées aux marques de commerce.

Voici les principales fonctions du Bureau des marques de commerce :

  • recevoir et examiner les demandes d'enregistrement de marques de commerce;
  • tenir un inventaire électronique, c'est-à-dire un index des enregistrements de marques de commerce et des marques en instance;
  • consigner les transferts de marques de commerce;
  • consigner les contrats de licence liés aux marques de commerce;
  • mettre à la disposition du public ces dossiers dans une salle de recherche;
  • fournir au public des renseignements généraux sur le processus d'enregistrement des marques de commerce;
  • publier le Journal des marques de commerce;
  • tenir une liste d'agents de marques de commerce agréés; et
  • gérer la procédure d'opposition ainsi que la procédure de radiation sommaire (procédures en vertu de l'article 45).

Le Bureau des marques de commerce traite chaque année environ 45 000 demandes d'enregistrement de marques de commerce.

Contactez-nous

Pour communiquer avec l'OPIC, il faut passer par le Centre de services à la clientèle, qui est son principal point de contact. Le Centre fournit des renseignements généraux sur toutes sortes de sujets liés à la propriété intellectuelle, y compris la procédure à suivre pour faire enregistrer une marque de commerce.

Votre identité sur le marché

Dans le monde des affaires, le succès dépend largement du message que l'on véhicule et de l'image que l'on projette. Si on ne se démarque pas facilement dans la foule, on passera probablement inaperçu au bénéfice d'une personne ou d'une entreprise dont la présence se fait remarquer davantage.

La marque de commerce caractérise vos produits ou vos services dans l'esprit du public; c'est elle qui détermine comment ils seront perçus sur le marché.

Ce n'est pas par hasard que certains noms de marque, qui dominaient le marché nord-américain dans les années 1920, sont encore des chefs de file aujourd'hui. Le public gravite autour de noms et de symboles familiers qui sont devenus synonymes de qualité et de fiabilité. Voilà pourquoi les entreprises consacrent des millions de dollars à soigner leur image de marque.

L'une des meilleures façons de protéger l'identité de son entreprise consiste à enregistrer une marque de commerce. L'enregistrement d'une marque de commerce permet d'obtenir un titre légal de propriété intellectuelle, tout comme un acte notarié est le titre d'un bien immobilier.

Qu'est-ce qu'une marque de commerce?

Une marque de commerce peut se composer de un ou une combinaison de mots, de sons ou de dessins servant à distinguer les produits ou les services d'une personne ou d'un organisme de ceux que d'autres offrent sur le marché.

Les marques de commerce représentent non seulement les biens ou les services eux-mêmes, mais aussi la réputation du producteur. À ce titre, elles sont considérées comme une propriété intellectuelle importante.

Il existe trois catégories de marques de commerce :

  • Une marque ordinaire comprend un ou une combinaison de mots, de sons ou de dessins servant à distinguer les produits ou les services d'une personne ou d'un organisme de ceux que d'autres offrent sur le marché. Par exemple, supposons que le requérant a ouvert une entreprise de messagerie qu'il veut appeler Grand galop. Il pourrait enregistrer ces mots comme une marque de commerce pour le service qu'il offre (si toutes les exigences légales ont été satisfaites).
  • Une marque de certification appartient à une personne ou à un organisme qui accorde des licences à d'autres pour désigner des produits ou des services qui répondent à une norme définie. À titre d'exemple, on peut citer le dessin de Woolmark, propriété de l'organisme Woolmark Americas Ltd., qui est apposé sur des vêtements et d'autres produits.
  • Un signe distinctif comprend le façonnement de produits ou de leurs contenants, ou au mode d'envelopper ou d'empaqueter des produits afin de les distinguer comme étant produit par une personne ou une entreprise spécifique. Par exemple, si le requérant fabrique des bonbons en forme de papillon, il voudra peut-être enregistrer cette forme en tant que signe distinctif.

Les gens confondent parfois les marques de commerce avec les brevets, les dessins industriels, le droit d'auteur et les topographies de circuits intégrés. Or, chacune de ces différentes formes de propriété intellectuelle possède des caractéristiques qui lui sont propres :

  • Les marques de commerce peuvent se composer de un ou une combinaison de mots, de sons ou de dessins servant à distinguer les produits ou les services d'une personne ou d'un organisme de ceux que d'autres offrent sur le marché.
  • Les brevets couvrent les nouvelles inventions (procédé, machine, fabrication ou composition de matières) ainsi que tout perfectionnement d'une invention existante présentant le caractère de la nouveauté et de l'utilité.
  • Les dessins industriels concernent les caractéristiques visuelles touchant la configuration, le motif ou les éléments décoratifs, ou toute combinaison de ces caractéristiques, d'un objet fini.
  • Le droit d'auteur protège les œuvres littéraires, artistiques, dramatiques ou musicales (y compris les programmes informatiques) ainsi que d'autres objets tels que les prestations, les enregistrements sonores et les signaux de communication.
  • Les topographies de circuits intégrés font référence aux configurations tridimensionnelles des circuits électroniques incorporés dans des produits de circuits intégrés ou des schémas de montage.

Nom commercial et marque de commerce

Un nom commercial est le nom sous lequel on exploite une entreprise. Il ne peut être enregistré en vertu de la Loi sur les marques de commerce que s'il est également utilisé en tant que marque de commerce, c'est-à-dire pour désigner des biens ou des services.

Par exemple, disons que le requérant possède une entreprise de crème glacée et que son entreprise s'appelle A.B.C. Limitée.

Exemple 1 : Les gens connaissent sa crème glacée sous le nom de « A.B.C. Limitée », parce qu'il utilise ce nom comme marque de commerce (en le faisant figurer sur ses pots de crème glacée) ou en association avec ses produits. Il peut donc présenter une demande afin de faire enregistrer le nom commercial « A.B.C. » comme une marque de commerce.

Exemple 2 : Les gens connaissent la crème glacée du requérant sous le nom dont il a fait la promotion, par exemple « Pôle Nord ». Bien que le nom officiel de son entreprise soit A.B.C. Limitée, personne n'associe ce nom avec les produits de cette entreprise. Par conséquent, « A.B.C. » ne peut être considéré comme une marque de commerce à moins que le requérant ne commence à l'utiliser comme telle.

Cependant, l'enregistrement d'une marque de commerce peut être déclaré invalide si un tiers a déjà employé, au Canada, un nom commercial ou une marque de commerce semblable.

Marque de commerce déposée et marque de commerce non déposée

L'enregistrement d'une marque de commerce confère le droit exclusif d'utiliser la marque dans tout le Canada pendant 15 ans; l'enregistrement est par la suite renouvelable tous les 15 ans.

Une marque de commerce déposée en est une qui est inscrite au Registre des marques de commerce. Le Registre des marques de commerce contient toutes les marques de commerce qui ont fait l'objet d'une demande d'enregistrement officielle et qui ont été déposées au Canada. C'est le Bureau des marques de commerce qui est chargé de gérer le Registre.

Le requérant n'est pas tenu d'enregistrer sa marque de commerce — l'utilisation d'une marque pendant une certaine période peut établir le droit de propriété en vertu du droit coutumier.

Vous pouvez obtenir des renseignements sur l'enregistrement des marques de commerce à l'étranger.

Le requérant doit demander l'enregistrement d'une marque de commerce en ce qui concerne les métaux précieux. Si les marchandises doivent passer par les douanes, il faut présenter un reçu des demandes d'enregistrement.

L'enregistrement est une preuve prima facie (directe) du droit de propriété. Advenant un litige, le propriétaire inscrit n'a pas à prouver son droit de propriété; c'est au contestataire qu'il appartient de faire la preuve. En revanche, l'utilisation d'une marque de commerce non déposée peut entraîner des poursuites judiciaires longues et coûteuses visant à déterminer qui a le droit d'utiliser la marque en question.

Si la marque n'est pas utilisée pendant une période prolongée, l'enregistrement pourrait être supprimé du Registre des marques de commerce. Dans un tel cas, il pourrait être plus difficile de prouver le droit de propriété lié à la marque de commerce. Vous pouvez obtenir des renseignements concernant l'emploi au Canada.

Ce qu'il est permis (et pas permis) d'enregistrer

Ce qu'il est permis d'enregistrer

La marque de commerce sera admissible à l'enregistrement dans la mesure où elle ne contrevient pas à la Loi sur les marques de commerce, qui énonce les exigences relatives à l'enregistrement. Pour de plus amples renseignements, vous pouvez consulter la Loi sur les marques de commerce.

Ce qu'il n'est pas permis d'enregistrer

Les types de marque suivants ne peuvent pas être déposés :

  • les noms et les noms de famille;
  • les marques comportant une description « évidente »;
  • les descriptions « fausses et trompeuses »;
  • les mots désignant un lieu géographique connu pour être le lieu d'origine des produits ou des services offerts;
  • des mots de langues étrangères;
  • des mots ou des dessins pouvant créer de la confusion avec une autre marque de commerce déjà déposée ou en attente d'enregistrement; et
  • des mots ou des dessins qui ressemblent étroitement à une marque interdite.

Noms et noms de famille

Une marque de commerce ne peut être déposée si elle ne correspond qu'à un nom ou à un nom de famille (p. ex., Jean Tremblay ou Jeannette Légaré, Wong, Cohen, etc.).

Il existe cependant une exception à cette règle, soit lorsque le requérant peut prouver que ses produits ou services ont fini par être connus sous le nom ou le nom de famille en question, de sorte que ce mot a acquis une autre connotation dans l'esprit du public. Il existe une autre exception : si le mot signifie autre chose qu'un simple nom ou nom de famille, c'est-à-dire s'il désigne un nom reconnaissable ou le nom d'une collectivité, d'une ville, d'un village, d'une rivière, d'un château, etc. Dans un tel cas, le requérant pourrait enregistrer son nom de famille pour désigner son entreprise, à condition qu'il n'y ait aucune autre raison de refuser la demande.

Marques comportant une description « évidente »

Le requérant ne peut pas enregistrer un mot qui décrit une caractéristique inhérente des produits ou des services offerts (c.-à-d. un terme fournissant une description « évidente »).

Par exemple, le mot « sucrée» pour de la crème glacée, le mot « juteuses » pour des pommes et l'expression « parfaitement propre » pour des services de nettoyage à sec ne peuvent pas devenir des marques de commerce déposées. Toutes les bonnes pommes pourraient être décrites comme étant « juteuses » et toutes les crèmes glacées comme étant « sucrées ». Ces caractéristiques sont inhérentes aux marchandises. Si l'on permettait au requérant d'enregistrer ces mots, aucun autre vendeur de pommes ou de crème glacée ne pourrait recourir à ces termes pour promouvoir ses produits, ce qui serait injuste. Mais, comme nous l'avons précisé précédemment, si le requérant peut prouver que l'expression « Crème Glacée Sucrée » est devenue tellement connue que les gens ne pensent qu'à son produit (et à aucun autre) lorsqu'ils entendent ces mots, il se pourrait qu'il lui soit permis d'enregistrer la marque de commerce en question.

Descriptions « fausses et trompeuses »

Les marques de commerce qui contiennent une description qui, de toute évidence, est fausse ou trompeuse, ne peuvent être déposées. Par exemple, un requérant ne pourrait pas enregistrer l'expression « sucrés au sucre de canne » pour des bonbons sucrés à l'aide d'un édulcorant artificiel, ni l'expression « messagerie aérienne » pour un service de messagerie utilisant le transport terrestre.

Lieu d'origine

Il n'est pas permis au requérant d'enregistrer un mot désignant un lieu géographique généralement reconnu comme étant le lieu d'origine des biens ou des services qu'il offre. Permettre au requérant d'utiliser des noms de lieu comme faisant partie de sa marque de commerce équivaudrait à lui accorder un monopole sur un terme géographique, ce qui serait injuste envers les autres. Par exemple, le requérant ne peut faire enregistrer le mot « Italie » en liaison avec de la lasagne. En revanche, on conçoit que le requérant puisse enregistrer l'expression « Pôle Nord » en liaison avec des bananes, car personne ne s'attend à ce que des bananes proviennent du Pôle Nord.

De plus, le requérant ne peut enregistrer des mots qui pourraient amener le public à penser que les produits ou les services qu'il offre proviennent d'un endroit si ce n'est pas le cas. Ainsi, les marques « Mode de Paris » ou « Meubles du Danemark » ne pourraient pas être déposées comme marques de commerce pour ces produits particuliers si ceux-ci ne proviennent pas de ces endroits.

Mots de langues étrangères

Les mots qui constituent le nom des biens ou des services dans une langue étrangère — par exemple : « gelato », en italien, pour crème glacée; « anorak », en inuktitut, pour parka; ou « wurst », en allemand, pour saucisse — ne peuvent pas être enregistrés.

Pour éviter la confusion

Il faut se méfier des mots, des dessins et des notions qui évoquent la marque de commerce d'une autre personne ou d'un autre organisme. Si une marque de commerce ressemble à s'y méprendre à une marque de commerce déposée ou une marque de commerce en instance, elle sera refusée.

Les examinateurs de marques de commerce tiennent compte de divers facteurs lorsqu'ils déterminent si des marques de commerce créent de la confusion. Par exemple, ils vérifient :

  • si les marques de commerce se ressemblent ou si elles ont la même consonance, et si elles évoquent des idées semblables;
  • si elles sont utilisées pour commercialiser des biens ou des services semblables.

Revenons à l'exemple de la marque de commerce de la crème glacée « Pôle Nord ». Supposons qu'une autre entreprise fabriquait et vendait des produits d'eau congelée sous la marque de commerce déposée « Pôle Sud ». Les gens pourraient facilement conclure que les produits « Pôle Nord » et « Pôle Sud » sont fabriqués et vendus par la même entreprise, étant donné la ressemblance entre les noms et la nature des produits. Ils pourraient s'attendre à ce que les marques de commerce appartiennent au même organisme. Par conséquent, la demande visant à enregistrer « Pôle Nord » pourrait être refusée parce qu'elle prête à confusion avec la marque déposée « Pôle Sud », qui est la propriété d'une autre entreprise.

Pour de plus amples renseignements sur les marques de commerce qui créent de la confusion avec d'autres marques de commerce, voir le paragraphe 6(5) de la Loi sur les marques de commerce.

Marques interdites

On ne peut pas enregistrer une marque de commerce qui ressemble à certains symboles officiels, à moins d'obtenir le consentement de l'autorité en question. Parmi ces symboles officiels, mentionnons :

  • les symboles officiels de gouvernements, par exemple, le drapeau du Canada;
  • les armoiries de la Famille royale;
  • les insignes et les écussons comme ceux des Forces armées et les lettres GRC;
  • les emblèmes et le nom de la Croix Rouge, du Croissant Rouge et des Nations Unies;
  • les armoiries, les drapeaux et les symboles d'autres pays; et
  • les symboles de provinces, de municipalités et d'institutions publiques.

L'utilisation de sujets obscènes, scandaleux ou immoraux est également interdite. Par exemple, une marque de commerce ne peut comporter de grossièretés de langage, des supports visuels obscènes ou des insinuations racistes.

Une autre interdiction s'étend à l'utilisation de portraits ou de signatures de personnes vivantes ou de personnes décédées dans les 30 dernières années. Par exemple, il serait interdit d'utiliser la photo d'un groupe rock existant pour promouvoir un magasin de disques à moins d'avoir obtenu son consentement formel.

Autres interdictions

Une marque de commerce ne sera pas déposée si elle se compose de la dénomination d'une variété végétale (droit concédé au propriétaire concernant le contrôle de la multiplication et de la vente de matières reproductives à l'égard d'une variété végétale particulière). Il en est de même pour une marque de commerce qui présente une telle ressemblance avec la dénomination d'une variété végétale qu'elle pourrait vraisemblablement être confondue avec la dénomination en question, lorsque la demande vise une variété végétale donnée ou une variété végétale de la même espèce.

Une marque de commerce ne sera pas déposée si elle est, en tout ou en partie, une indication géographique désignant le lieu d'origine de vins ou de spiritueux, et si la demande vise un vin ou un spiritueux qui n'est pas produit sur le territoire que désigne l'indication géographique.

Exemples

Exemples de marques de commerce pouvant être déposées

  • Crème glacée « Pôle Nord » (si ce nom ne crée pas de confusion avec une marque de commerce enregistrée ou une marque de commerce en instance ayant antériorité — c'est-à-dire une marque de commerce faisant l'objet d'une demande déposée à une date antérieure)
  • Crème glacée « Vénus » (un nom mythique, et non réel)
  • Crème glacée « Scrumptillus » (mot inventé)
  • Crème glacée « Loyale » (mot qui n'est pas associé normalement à de la crème glacée)

Exemples de marques de commerce ne pouvant pas être déposées

  • Crème glacée « Sucrée » (à moins qu'on puisse prouver que la marque est devenue distinctive du requérant)
  • Crème glacée « Devonshire » (à moins qu'on puisse prouver que la marque est devenue distinctive du requérant)
  • Crème glacée « Pôle Nord » (si « Pôle Sud » est une marque de commerce déposée désignant des produits d'eau congelée)
  • Crème glacée « Préférée de la GRC »

Qui peut présenter une demande d'enregistrement?

Le Bureau n'émet pas d'enregistrement au nom de plusieurs individus, à moins que ces individus forment une société de personnes ou une entreprise en coparticipation, qui est considérée une association reconnue par la loi.

Pendant combien de temps l'enregistrement est-il valide?

L'enregistrement est valide pendant une période de 15 ans. Par la suite, le propriétaire peut renouveler l'enregistrement tous les 15 ans, moyennant certains frais.

Combien coûte l'enregistrement?

Les frais liés à l'enregistrement d'une marque de commerce sont prévus selon le cas du requérant. Dans certains cas, seuls des frais de production de la demande et des frais d'enregistrement sont exigés. Cependant, d'autres frais peuvent s'appliquer. Si le requérant demande à un agent de marques de commerce de le représenter, il devra débourser des frais supplémentaires pour bénéficier de ses services.

Que faut-il faire avant de présenter une demande?

Le Bureau des marques de commerce (Bureau) fournit au requérant les renseignements de base dont il a besoin pour présenter une demande d'enregistrement d'une marque de commerce. Cependant, le Bureau ne peut rédiger la demande du requérant à sa place, effectuer des recherches pour s'assurer que sa marque de commerce peut être déposée, ni procéder pour lui à une recherche préliminaire des marques de commerce existantes.

Effectuer une recherche préliminaire

Pour commencer, il est judicieux de procéder à une recherche préliminaire afin de s'assurer que la marque de commerce demandée ne crée pas de confusion avec la marque de commerce d'une autre personne ou d'un autre organisme. Bien qu'elle ne soit pas obligatoire, cette étape aidera le requérant à déterminer si d'autres marques de commerce semblables existent déjà; ceci lui permettra d'éviter de contrefaire des marques de commerce (c.-à-d. les reproduire sans autorisation) et de s'exposer ainsi à des poursuites judiciaires.

Effectuer des recherches dans la Base de données sur les marques de commerce canadiennes

Le requérant peut effectuer une recherche préliminaire dans les marques de commerce déposées et les demandes en instance en consultant la Base de données sur les marques de commerce canadiennes, laquelle est accessible sur Internet. Le registre électronique de la Base de données sur les marques de commerce contient des mots servant de marques, des slogans, des chiffres, des dessins et des combinaisons de ces éléments. Dès que la demande du requérant est reçue, elle fait aussitôt partie des archives publiques.

Il est possible d'effectuer une recherche en utilisant différentes méthodes, par exemple, selon le type ou le statut de la marque de commerce.

Pour effectuer une bonne recherche, le requérant doit vérifier les diverses versions possibles de la marque qu'il souhaite enregistrer. Dans le cas d'un mot servant de marque, il doit rechercher toutes les graphies imaginables, y compris la graphie anglaise. Par exemple, si la marque de commerce du requérant est « Pôle Nord », il doit chercher, entre autres, « Pôle » et « Nord », en français, et « North », en anglais.

Dans les archives électroniques sont également consignés des écussons, des insignes et des symboles officiels classés dans la catégorie des « marques interdites » en vertu de la Loi sur les marques de commerce. Ces éléments peuvent aider le requérant à vérifier que sa marque de commerce n'appartient pas à l'une des catégories interdites.

Au début de sa recherche, le requérant devrait consulter la Base de données sur les marques de commerce canadiennes . Sur ce site Web de la base de données, le requérant trouvera également un tutoriel , grâce auquel il pourra tirer le maximum de cette source d'information.

Effectuer une recherche parmi les noms commerciaux

À ce stade du processus, le requérant devrait penser également à effectuer une recherche parmi les noms commerciaux. Ceux-ci sont aussi souvent utilisés comme des marques de commerce, et peuvent l'être même s'ils ne sont pas enregistrés à ce titre.

Exemple :

Supposons que le requérant souhaite faire enregistrer le nom d'entreprise « Pôle Nord Inc. ». L'entreprise « Pôle Sud Inc. » peut n'avoir jamais déposé une demande d'enregistrement de marque de commerce. Toutefois, si le nom Pôle Sud est connu comme étant associé à des produits d'eau congelée, l'entreprise pourrait soutenir qu'elle est la propriétaire du nom Pôle Sud en tant que nom commercial et marque de commerce préalablement utilisés.

Le Bureau des marques de commerce n'aurait pas dans ses dossiers de marques de commerce l'appellation Pôle Sud, étant donné qu'il ne consigne pas les noms commerciaux. Toutefois, « Pôle Sud Inc. » pourrait facilement découvrir la demande présentée par le requérant en vue d'enregistrer « Pôle Nord », soit en effectuant une recherche dans les dossiers du Bureau des marques de commerce ou une recherche au moment de la publication de la demande du requérant dans le Journal des marques de commerce. « Pôle Sud Inc. » pourrait alors contester la demande du requérant au cours de l'étape de l'opposition du processus d'enregistrement.

Étant donné que les noms commerciaux peuvent être enregistrés séparément dans chaque province en vertu des dispositions législatives provinciales, il n'y a pas de répertoire central regroupant tous les noms commerciaux actuellement utilisés au Canada. Comme il s'agit d'une recherche très complexe, il est conseillé au requérant de retenir les services d'un agent de marques de commerce pour effectuer ce travail.

Envisager l'embauche d'un agent de marques de commerce agréé

La préparation d'une demande d'enregistrement de marque de commerce et le suivi de ce processus peuvent se révéler une tâche complexe exigeant une connaissance approfondie de la législation sur les marques de commerce et du fonctionnement du Bureau des marques de commerce, expertise que possèdent normalement les agents de marques de commerce agréés.

Un résident canadien qui est avocat, ou notaire dans la province de Québec, peut devenir agent de marques de commerce en réussissant l'examen d'aptitude ou en travaillant dans le domaine du droit des marques de commerce pendant au moins 24 mois.

Il faut se méfier des agents de marques de commerce qui ne sont pas agréés! Ceux-ci ne sont pas autorisés à présenter des demandes d'enregistrement de marques de commerce au nom de requérants ni à représenter ces derniers dans le cadre de poursuites ou pour d'autres motifs devant le Bureau des marques de commerce.

Un agent de marques de commerce compétent s'assurera que la demande d'enregistrement a été convenablement rédigée, de sorte que la marque de commerce du requérant puisse bénéficier d'une protection adéquate; cette protection est d'autant plus importante du fait qu'un tiers pourrait contester le droit de propriété du requérant lié à la marque de commerce. L'embauche d'un agent n'est pas obligatoire, mais elle est vivement recommandée.

Une fois que le requérant a nommé un agent, le Bureau des marques de commerce correspondra avec ce dernier. Si toutefois le requérant révoque la nomination de l'agent, le Bureau correspondra alors directement avec le requérant. Le requérant peut changer d'agent de marques de commerce ou décider en tout temps de ne plus faire affaire avec un agent.

Le Bureau des marques de commerce tient à jour une liste d'agents de marques de commerce agréés, mais il n'est pas en mesure de recommander au requérant un agent en particulier.

Production d'une demande d'enregistrement de marque de commerce — premières étapes

Préparation d'une demande d'enregistrement de marque de commerce

Pour être complète, la demande doit inclure :

  • une demande d'enregistrement;
  • un dessin officiel, s'il y a lieu; et
  • les droits de production.

La demande d'enregistrement

Le document principal du processus d'enregistrement est le formulaire de demande d'enregistrement. Vous devez présenter une demande distincte pour chaque marque de commerce que vous souhaitez enregistrer. Cependant, une même demande peut couvrir à la fois des biens et des services, ou plusieurs biens ou services, relativement à une marque de commerce donnée.

Pour vous aider à préparer votre demande, vous pouvez utiliser un des deux modèles fournis dans ce guide. Ces modèles sont utilisés dans la majorité des cas. Il est important de souligner que, dans certains cas, des renseignements supplémentaires peuvent être exigés, notamment lorsque la demande porte sur :

  • une marque de certification;
  • une marque déposée et employée à l'étranger;
  • l'enregistrement d'une marque de commerce « révélée » au Canada.

Si vous croyez que votre demande entre dans l'une de ses trois catégories ci-haut, nous vous invitons à communiquer avec le Centre de services à la clientèle de l'OPIC ou avec votre agent de marques de commerce.

D'autres formulaires de demande d'enregistrement de marque de commerce sont aussi disponibles.

Dessins officiels

Si la marque de commerce du requérant est autre chose qu'un mot ou un groupe de mots, le requérant doit présenter un dessin officiel au moment de la production de sa demande.

Le dessin officiel doit être présenté comme suit :

  • en noir et blanc;
  • inclure une description de la ou des couleurs si la couleur est revendiquée en tant que caractéristique de la marque de commerce en question.

S'il le désire, le requérant peut utiliser le tableau spécial figurant à l'article 28 du Règlement sur les marques de commerce pour indiquer les couleurs choisies.

Pour les dessins détaillés, un dessin le plus grand possible, mais ne dépassant pas 22 cm sur 35 cm (8,5 pouces sur 14 pouces), permettra une reproduction plus claire de la marque.

Remarque : Pour s'assurer que l'enregistrement ne soit pas annulé, le requérant doit utiliser la marque telle qu'elle a été déposée, sans aucune modification, y compris en ce qui touche les couleurs.

Droits de production

Un requérant qui présente une demande d'enregistrement d'une marque de commerce doit acquitter les droits de production réglementaires.

Les droits peuvent être acquittés par carte de crédit (VISA, MasterCard ou American Express), par paiement direct, par mandat postal ou par chèque (les mandats postaux et les chèques, en dollars canadiens, doivent être faits à l'ordre du receveur général du Canada). Ne pas ajouter les taxes fédérale et provinciale.

Production de la demande

Vous pouvez produire la demande et acquitter les droits réglementaires en ligne. Vous pouvez également envoyer par la poste sa demande dûment remplie accompagnée des droits réglementaires au :

Bureau des marques de commerce
Office de la propriété intellectuelle du Canada
Industrie Canada
Place du Portage I
50, rue Victoria
Gatineau (Québec) K1A 0C9

Date de production de la demande

Lorsque la demande arrive au Bureau des marques de commerce, le personnel la vérifie pour s'assurer qu'elle est dûment remplie. S'il manque quelque chose, le Bureau communiquera avec le requérant pour lui demander de fournir des renseignements supplémentaires. Une fois cette étape franchie, le Bureau accusera réception de la demande dûment remplie et attribuera une date de production à la demande, c'est-à-dire la date à laquelle la demande a satisfait à toutes les exigences liées à sa production. Cette date de production est particulièrement importante, puisque c'est elle qui permet de déterminer le droit à l'enregistrement.

Le requérant peut modifier sa demande après l'avoir produite. Cependant, les modifications ne sont pas toutes acceptables. Ainsi, il se peut que le requérant soit tenu de produire une nouvelle demande.

Processus d'examen

Lorsque le Bureau des marques de commerce reçoit la demande du requérant, il procède comme suit :

  • il effectue une recherche parmi les dossiers des marques de commerce afin de s'assurer que la marque demandée ne crée pas de confusion avec une marque de commerce déposée ou une marque de commerce en instance; si c'est le cas, il en avise le requérant;
  • il examine la demande pour s'assurer qu'elle respecte les exigences de la Loi sur les marques de commerce et du Règlement sur les marques de commerce et avise le requérant de toute exigence qui n'aurait pas été respectée ou de tout motif pour lequel sa marque de commerce n'est pas admissible à l'enregistrement, le cas échéant;
  • il publie la demande dans le Journal des marques de commerce, donnant ainsi au public un certain délai pour faire opposition à la demande (la contester); et
  • il publie la demande dans le Journal des marques de commerce, donnant ainsi au public un certain délai pour faire opposition à la demande (la contester); et

Recherche

L'examinateur effectue une recherche approfondie dans les dossiers afin de vérifier si la marque de commerce ne crée pas de confusion avec une marque de commerce enregistrée ou une marque de commerce à l'égard de laquelle une demande d'enregistrement a déjà été déposée.

Examen

L'examinateur de marques de commerce chargé du dossier du requérant examine les résultats de la recherche et détermine si la demande peut être publiée. Si l'examinateur a des objections, il en avise le requérant (ou son agent, si le requérant en a un). Celui-ci a alors l'occasion de répondre. Si ses réponses ne satisfont toujours pas l'examinateur, le requérant recevra une lettre qui l'informera que sa demande a été refusée et qui lui expliquera les raisons de cette décision. Si sa demande est refusée, le requérant pourra interjeter appel auprès de la Cour fédérale du Canada.

Remarque : Il n'existe pas de formulaire particulier devant être utilisé pour répondre au rapport d'un examinateur, sauf si le requérant est tenu de soumettre une demande révisée.

Désistement

L'examinateur peut demander au requérant de se désister du droit à l'usage exclusif d'une partie de la marque si la déclaration de désistement appropriée n'est pas déjà incluse dans la demande.

Recherche avant l'annonce

Avant de publier la demande dans le Journal des marques de commerce, le Bureau effectue une seconde recherche (recherche avant l'annonce) pour s'assurer que, dans les mois qui se sont écoulés entre-temps, personne n'a déposé ni n'a demandé à déposer une marque de commerce qui entre en conflit avec celle que le requérant souhaite enregistrer. Le Bureau communiquera avec le requérant (ou avec son agent, si celui-ci en a un) pour l'aviser de tout conflit avec une autre marque, le cas échéant, et pour lui demander de fournir des commentaires sur toute marque de commerce de ce genre.

Annonce

Si la recherche avant l'annonce n'a permis de découvrir aucune nouvelle objection à la demande du requérant, celle-ci est alors prête à être publiée dans le Journal des marques de commerce. Ce journal est une publication officielle contenant la liste de toutes les demandes dont la publication a été approuvée au Canada. Il fournit des renseignements sur chaque demande, y compris le nom et l'adresse du requérant, le numéro de dossier, la date de production et la marque de commerce. Il précise également si la demande d'enregistrement vise une marque de commerce qui est employée actuellement ou une marque que l'on projette d'employer, et énumère les biens et les services que couvre ou que devra couvrir ladite marque, ainsi que toute autre revendication, le cas échéant (revendications de couleurs, avis de non-responsabilité, etc.). La publication des demandes donne au public l'occasion de soulever des objections contre toute demande en instance avant son enregistrement.

Le Journal des marques de commerce est publié tous les mercredis.

Opposition

Toute personne ayant des motifs valables peut s'opposer à une demande d'enregistrement d'une marque de commerce annoncée dans le Journal des marques de commerce. Une déclaration d'opposition doit être déposée dans les deux mois qui suivent la date de publication, soit par la production d'une déclaration d'opposition, soit par une demande de prolongation du délai d'opposition (ces documents doivent être accompagnés des droits réglementaires). La liste des droits réglementaires figure sur le site Web de l'OPIC, et il est également possible de l'obtenir en communiquant avec le Centre de services à la clientèle de l'OPIC. Le Bureau des marques de commerce refusera toute opposition qu'il juge non fondée.

Si la demande du requérant fait l'objet d'une opposition et que ce dernier n'a pas d'agent, il lui est vivement conseillé de retenir les services d'un agent à ce stade. On recommande la même chose à celui qui désire s'opposer à la demande d'enregistrement d'une autre personne. Une opposition est une procédure contradictoire, de nature complexe, pouvant prendre beaucoup de temps. Tout comme dans le cas d'une procédure judiciaire, les deux parties ont l'occasion de produire des preuves et des contre-preuves, faire des contre-interrogatoires et présenter des arguments au cours d'une audience. Une fois la décision finale rendue, on peut interjeter appel auprès de la Cour fédérale du Canada.

Pour en savoir davantage, veuillez consulter le processus d'opposition de la Commission des oppositions des marques de commerce (COMC) ou, communiquer directement avec la COMC en composant le 1-819-997-7300 ou sans frais au Centre de services à la clientèle de l'OPIC, au numéro 1-866-997-1936 en demandant d'être mis en communication avec la COMC.

Admission et enregistrement

S'il n'y a pas d'opposition, ou si la décision prise à la suite d'une déclaration d'opposition est favorable au requérant, la demande sera admise, et le Bureau des marques de commerce n'étudiera aucune autre contestation. Le requérant recevra un avis d'admission, et on lui demandera de verser les frais d'enregistrement réglementaires.

Si sa demande est fondée sur « l'emploi projeté », on lui demandera de fournir une déclaration dans laquelle il indiquera s'il a déjà commencé à employer la marque de commerce. Si ce n'est pas le cas, il peut demander une prolongation du délai jusqu'à ce qu'il commence véritablement à utiliser sa marque de commerce.

Enfin, après que le requérant aura rempli ces exigences, le Bureau lui émettra un certificat d'enregistrement et inscrira la marque de commerce au Registre des marques de commerce.

Abandon

Si le requérant ne poursuit pas sa demande, il se pourrait que l'on considère celle-ci comme ayant été abandonnée. Avant que pareille chose ne se produise, le Bureau communiquera avec le requérant et lui donnera l'occasion de remédier à la situation dans un délai déterminé. Si le requérant ne répond pas dans le délai prévu, on lui demandera de produire une nouvelle demande (et verser les droits réglementaires).

Remarque : Si le requérant omet d'informer le registraire d'un changement d'adresse, ce dernier ne pourra être tenu responsable si le requérant, son représentant pour signification ou son agent ne reçoit pas l'avis envoyé par la poste.

Correspondance avec le Bureau des marques de commerce

Habituellement, le requérant communique par écrit avec le Bureau des marques de commerce. Toute correspondance doit être envoyée à l'adresse suivante :

Bureau des marques de commerce
Office de la propriété intellectuelle du Canada
Industrie Canada
Place du Portage I
50, rue Victoria, pièce C-114
Gatineau (Québec) K1A 0C9

Télécopieur : 1-819-953-OPIC (6742)

Toute correspondance concernant la procédure d'opposition ou la procédure de radiation sommaire doit porter clairement la mention «Objet : Procédures d'opposition» ou « Objet : Procédures en vertu de l'article 45 », selon le cas, et être envoyée à l'adresse suivante :

Commission des oppositions des marques de commerce
Office de la propriété intellectuelle du Canada
Industrie Canada
Place du Portage I
50, rue Victoria
Gatineau (Québec) K1A 0C9

Télécopieur : 1-819-997-5092

Pour en savoir davantage, voir les procédures de correspondance officielle avec l'OPIC.

Si le requérant souhaite s'informer de l'état de sa demande et qu'aucun examinateur n'a encore été affecté à son dossier, il devrait communiquer avec le Centre de services à la clientèle. Si sa demande a été attribuée à un examinateur, il devrait composer le numéro de la personne-ressource figurant à la page couverture du rapport que lui a fait parvenir l'examinateur.

Il est possible de voir un examinateur de marques de commerce, sur rendez-vous. L'examinateur a alors le temps d'examiner la demande du requérant avant de se réunir avec lui.

Le Bureau des marques de commerce répondra à toutes les demandes de renseignements généraux, mais il ne peut :

  • effectuer une recherche dans la Base de données sur les marques de commerce canadiennes à la place du requérant;
  • soumettre des documents pour l'enregistrement d'un transfert de propriété; ou
  • fournir des conseils juridiques au requérant (il peut uniquement l'informer des dispositions de la Loi et du Règlement et d'autres renseignements qui se trouvent dans le site Web de l'OPIC ou dans celui d'Industrie Canada).

Pour connaître l'état de dossiers d'opposition ou de radiation sommaire actifs, le requérant est invité à consulter la Base de données sur les marques de commerce canadiennes.

Services électroniques

Les services électroniques vous permettent de :

  • produire une demande d'enregistrement de marque de commerce;
  • produire une demande révisée;
  • enregistrer une marque de commerce; et
  • renouveler un enregistrement.

Information sur les marques de commerce — pour aller plus loin

Autres procédures relatives aux marques de commerce

Enregistrement d'une marque de commerce à l'étranger

L'enregistrement de la marque de commerce auprès du Bureau des marques de commerce ne protège les droits du propriétaire qu'au Canada. Si le propriétaire vend des marchandises ou des services dans d'autres pays, il doit envisager de faire enregistrer sa marque dans chacun de ces pays.

Pour obtenir plus de renseignements, communiquer avec un agent de marques de commerce ou avec les offices de la propriété intellectuelle de pays étrangers concernés.

Requérants résidant à l'étranger

Si vous faites une demande d'enregistrement d'une marque de commerce au Canada, mais que vous résidez à l'extérieur du Canada, vous devez nommer un représentant pour signification au Canada à qui pourra être envoyée la correspondance du Bureau des marques de commerce.

Il convient de souligner que, contrairement à un agent de marques de commerce agréé agissant à partir du Canada, le représentant pour signification n'est pas habilité à agir a votre nom dans ses échanges avec le Bureau des marques de commerce. Il a pour unique fonction d'agir comme point d'échange de correspondance au Canada (de l'OPIC à vous, par son intermédiaire).

Vous pouvez également, s'il vous le désirez, demander à un agent de marques de commerce agréé au Canada d'agir en votre nom à titre de représentant pour signification.

Veuillez contacter le Centre de service à la clientèle de l'OPIC pour plus d'information.

Radiation d'un enregistrement d'une marque de commerce

L'enregistrement d'une marque de commerce confère au propriétaire inscrit un droit précieux. Toutefois, afin de conserver un tel droit, le propriétaire inscrit doit s'acquitter de certaines responsabilités, à défaut de quoi l'enregistrement de la marque de commerce pourrait être radié du Registre des marques de commerce. Les motifs de radiation possibles comprennent le droit de propriété à l'égard d'une marque de commerce, le caractère d'une marque de commerce à savoir s'il est distinct, l'abandon d'une marque de commerce déposée et le défaut d'emploi d'une marque de commerce. Le Bureau des marques de commerce est responsable uniquement de l'administration de la procédure de radiation sommaire fondée sur le défaut d'emploi (« procédures en vertu de l'article 45 »).

Droit de renouvellement

Pour que la marque de commerce demeure déposée, le propriétaire inscrit doit acquitter un droit de renouvellement tous les 15 ans. Si le droit n'est pas versé dans les délais prévus, l'enregistrement de la marque de commerce pourrait se voir radié du Registre des marques de commerce. Le registraire des marques de commerce enverra au requérant un avis précisant le délai à l'intérieur duquel il doit acquitter le droit de renouvellement réglementaire.

Emploi au Canada (procédures en vertu de l'article 45)

Le propriétaire inscrit doit également employer la marque de commerce au Canada, à défaut de quoi l'enregistrement pourrait être radié du Registre des marques de commerce par le registraire ou par la Cour fédérale. Une procédure de radiation sommaire peut être entamée par le registraire, soit de sa propre initiative en tout temps pendant la durée de l'enregistrement, soit à la demande d'un tiers sur réception des droits prescrits, après trois années à compter de la date de l'enregistrement. La procédure est entamée lorsque le registraire envoie un avis au propriétaire inscrit dans lequel il lui demande de fournir une preuve démontrant l'emploi de la marque de commerce au Canada au cours des trois années précédentes ou l'existence de circonstances spéciales justifiant son défaut d'emploi. Si le propriétaire inscrit ne répond pas à l'avis du registraire, l'enregistrement de sa marque de commerce sera radié.

Une fois que le registraire a reçu la preuve demandée, le propriétaire inscrit et la partie requérante peuvent soumettre des observations écrites et faire des représentations au cours d'une audition. Une décision finale concernant la radiation, la modification ou le maintien de l'enregistrement est ensuite rendue; celle-ci peut être portée en appel devant la Cour fédérale du Canada.

Compte tenu de la nature complexe de ces procédures, il est conseillé aux parties de faire appel aux services d'un agent de marques de commerce agréé.

Pour en savoir davantage, veuillez consulter la page web sur les procédures en vertu de l'article 45,ou en communiquant directement avec la Commission des oppositions des marques de commerce (COMC) en composant le 1-819-997-7300 ou, sans frais, au numéro 1-866-997-1936 en demandant d'être mis en communication avec la COMC.

Transferts

Une marque de commerce est une forme de propriété. Le propriétaire peut vendre, léguer ou encore transférer ses droits de propriété intellectuelle à un tiers au moyen d'une transaction appelée « cession ». Afin d'éviter des litiges en ce qui a trait à la propriété, le propriétaire devrait aviser officiellement le Bureau des marques de commerce de tout changement de propriété.

Le Bureau devrait également être informé d'autres transactions pouvant affecter la propriété d'une marque de commerce, y compris un changement de nom ou une fusion d'entreprises.

Exigences relatives au marquage

La Loi sur les marques de commerce du Canada ne comporte aucune exigence concernant le marquage. Toutefois, les propriétaires de marques de commerce utilisent couramment les symboles suivants pour indiquer que leur marque est déposée :

  • MD (marque de commerce déposée)
  • MC (marque de commerce)
  • MS (marque de service)
  • TM (trademark)

Remarque concernant les métaux précieux : La Loi sur le poinçonnage des métaux précieux, qui s'applique aux marques de commerce déposées au Canada, précise que le requérant doit déposer une demande pour la marque de commerce utilisée sur les produits qu'il vend s'il désire apposer une marque de qualité (p. ex., la désignation « or dix carats ») sur ses produits. La marque de qualité elle-même n'est pas obligatoire.

Surveillance de la marque de commerce

Il incombe au propriétaire de surveiller le marché et d'intenter une action en justice s'il découvre que quelqu'un d'autre utilise sa marque de commerce déposée sans permission ou s'il découvre une marque ou un nom commercial que l'on pourrait confondre avec la sienne.

Ce n'est pas dans le seul but d'empêcher les compétiteurs d'imiter sa marque de commerce que le propriétaire doit la surveiller sur le marché. Si l'entreprise du propriétaire connaît un important succès, sa marque pourrait devenir un terme générique. Par exemple, si les consommateurs commencent à dire « Pôle Nord » quand ils parlent de crème glacée - de la même manière qu'on utilise à présent communément le terme « fermeture éclair », qui est une marque de commerce pour désigner toute fermeture à glissière - la marque de commerce du propriétaire pourrait de ne plus pouvoir être distinguée des autres.

Informations supplémentaires

Sites Web pertinents

Voici quelques autres sites Web qui pourraient se révéler utiles :

Sites d'intérêt général

Industrie Canada
L'Office de la propriété intellectuelle du Canada, dont fait partie le Bureau des marques de commerce, est un organisme de service spécial qui relève d'Industrie Canada.

Corporations Canada
Aide les Canadiens à exploiter, gérer et constituer en société des entreprises, des entreprises sans but lucratif et d'autres entités légales.

Entreprises Canada
Fournit aux entreprises un accès à guichet unique aux services, programmes et exigences réglementaires des gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux.

Bureau de la protection des obtentions végétales (Agence canadienne d'inspection des aliments)
Applique la Loi sur la protection des obtentions végétales et le règlement connexe, qui offrent une protection juridique aux obtenteurs qui créent de nouvelles variétés végétales.

Propriété intellectuelle

Office de la propriété intellectuelle du Canada (OPIC)
Gère et traite la plupart des questions liées à la propriété intellectuelle au Canada (marques de commerce, brevets, dessins industriels, droits d'auteur et topographies de circuits intégrés).

Base de données sur les marques de commerce canadiennes
Base de données consultable regroupant toutes les demandes d'enregistrement de marques de commerce et toutes les marques de commerce déposées au Canada, que celles-ci soient actives ou inactives, et qui précise l'état d'avancement de toutes les instances d'opposition et de radiation sommaire (procédures en vertu de l'article 45).

Bureau des marques de commerce
Fournit de l'information, des ressources et des services en ce qui touche les marques de commerce et leur enregistrement au Canada.

Commission des oppositions des marques de commerce
Gère les procédures d'opposition et de radiation sommaire de marques de commerce (procédures en vertu de l'article 45) au Canada et fournit de l'information à ce sujet.

Bibliothèque numérique de propriété intellectuelle de l'OMPI
Permet d'accéder à des collections de données sur la propriété intellectuelle gérées par l'Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI).

United States Patent and Trademark Office (anglais seulement)
Traite les demandes de brevets et de marques de commerce et fournit des renseignements, des ressources et des services en lien avec les marques de commerce et leur enregistrement aux États-Unis.

Lois connexes et jurisprudence

Loi sur le poinçonnage des métaux précieux
Fixe les règles du marché concernant l'utilisation de marques de qualité sur les métaux précieux, afin d'empêcher l'enregistrement de marques de commerce pouvant être perçues à tort comme des marques de qualité.

Loi sur les banques
Règlemente les banques à charte du Canada et restreint l'emploi de l'expression « services bancaires » afin d'en empêcher un emploi non autorisé.

Loi sur la Société canadienne des postes
Règlemente le service postal au Canada et interdit l'emploi non autorisé de termes tels que « courrier », « lettres » et « postes » ainsi que la vente non autorisée de timbres.

Cour fédérale du Canada
Offre une base de données consultable regroupant toutes les décisions rendues par les juges de la Cour fédérale et de la Cour d'appel fédérale.

Cour suprême du Canada
Offre une base de données consultable regroupant toutes les décisions rendues par la Cour suprême du Canada.

Production d'une demande d'enregistrement de marque de commerce — deux (2) modèles de demande

Les deux modèles de demande ci-dessous sont ceux les plus couramment utilisés par les requérants. Au moment de rédiger votre demande, vous pourriez également consulter les autres types de formulaires disponibles lors de la préparation de votre demande.

Remarque : Pour demander l'enregistrement d'une marque de commerce, le requérant doit adapter l'un des modèles fournis ou créer son propre formulaire.

Le premier modèle, Demande d'enregistrement d'une marque de commerce employée au Canada (exemple 1) , s'applique aux demandes d'enregistrement d'une marque de commerce dont on fait actuellement l'emploi, ou dont a fait l'emploi, au Canada. Le terme « emploi » fait référence à l'emploi actuel et antérieur de la marque de commerce au Canada. Ce modèle de demande doit comprendre les renseignements suivants :

  • le nom et l'adresse postale complète du requérant;
  • la marque de commerce sous forme d'un dessin;
  • les déclarations concernant l'« emploi au Canada », précisant :
    • les marchandises et les services en liaison avec lesquels le requérant a employé la marque de commerce;
    • la date à laquelle la marque a commencé à être employée pour chaque catégorie de marchandises ou de services;
    • le paragraphe sur le droit à l'enregistrement, dans lequel le requérant déclare être autorisé à employer la marque de commerce en liaison avec les marchandises et les services énumérés dans la demande.

Le deuxième modèle, Demande d'enregistrement d'une marque de commerce projetée (exemple 2), s'applique aux demandes d'enregistrement dont l'emploi est « projeté », c'est-à-dire lorsque le requérant n'a pas encore commencé à utiliser la marque de commerce, mais qu'il prévoit l'utiliser au Canada. Ce modèle de demande doit comprendre les renseignements suivants :

  • le nom et l'adresse postale complète du requérant;
  • la marque de commerce, sous forme de lettres ou de mots (p. ex., ABC D-LICIEUSE);
  • les déclarations concernant l'« emploi projeté », de même que la liste des marchandises et des services en liaison avec lesquels le requérant prévoit employer la marque de commerce;
  • le paragraphe sur le droit à l'enregistrement, dans lequel le requérant déclare être autorisé à employer la marque de commerce en liaison avec les marchandises et les services énumérés dans la demande.

Pour obtenir de l'aide ou des renseignements supplémentaires concernant les demandes d'enregistrement de marques de commerce, veuillez communiquer avec le Centre de services à la clientèle de l'OPIC.

Exemple 1

Demande d'enregistrement d'une marque de commerce employée au Canada

Au registraire des marques de commerce, Gatineau (Canada),
le (la) requérant(e), ABC Inc., dont l'adresse postale complète du bureau principal ou du lieu d'affaires est le 123, rue Alphabet, Ottawa (Ontario), A1B 2C3, demande par les présentes l'enregistrement de la marque de commerce reproduite ci-dessous.

La marque de commerce est la suivante :

La marque de commerce a été employée au Canada par le(la) requérant(e) en liaison avec des blouses, des chandails, des pantalons, des jupes, des chaussettes, des sous-vêtements et des pyjamas depuis le 3 juin 1973.

La marque de commerce a été employée au Canada par le(la) requérant(e) en liaison avec la vente au détail de vêtements depuis le 17 septembre 1973.

La marque de commerce a été employée au Canada par le(la) requérant(e) en liaison avec la vente au détail de bijoux depuis le 2 juillet 1998.

Le(la) requérant(e) est convaincu(e) qu'il(elle) a le droit d'employer la marque de commerce au Canada en liaison avec les marchandises et les services énumérés ci-dessus.

Exemple 2

Demande d'enregistrement d'une marque de commerce projetée

Au registraire des marques de commerce, Gatineau (Canada),
le(la) requérant(e), DEF Limitée, dont l'adresse postale complète du bureau principal ou du lieu d'affaires est le 456, avenue Numéro, Ottawa (Ontario), D4E 5F6, demande par les présentes l'enregistrement de la marque de commerce reproduite ci-dessous.

La marque de commerce est la suivante :

ABC D-LICIEUSE

Le(la) requérant(e) a l'intention d'employer la marque de commerce au Canada en liaison avec des repas préparés et demande l'enregistrement de la marque de commerce à l'égard de ces marchandises.

Le(la) requérant(e) a l'intention d'employer la marque de commerce au Canada en liaison avec des services de restauration et des services de restauration rapide et demande l'enregistrement de la marque de commerce à l'égard de ces services.

Le(la) requérant(e) est convaincu(e) qu'il(elle) a le droit d'employer la marque de commerce au Canada en liaison avec les marchandises et les services énumérés ci-dessus.

Erreurs courantes à éviter

Avant de déposer votre demande d'enregistrement de marque de commerce, prenez quelques instants pour parcourir la liste de contrôle suivante. Elle contient des renseignements précieux et vous permettra d'éviter certaines erreurs très fréquentes commises par les requérants qui entraînent des retards dans le traitement de leur demande.

Frais

N'oubliez pas que chaque demande d'enregistrement doit être accompagnée d'un droit (non remboursable) pour chaque marque de commerce dont un requérant demande l'enregistrement.

Remarque : Les droits peuvent être acquittés par carte de crédit (VISA, MasterCard ou American Express), par paiement direct, par mandat postal ou par chèque (les mandats postaux et les chèques, en dollars canadiens, doivent être faits à l'ordre du Receveur général du Canada). Ne pas ajouter les taxes fédérale et provinciale.

Marchandises et services

Vous ne pouvez utiliser une marque de commerce déjà déposée par quelqu'un d'autre pour promouvoir vos marchandises ou vos services. Certaines marques de commerce déposées, telles que « yo-yo », « frigidaire » et « Kleenex », font aujourd'hui partie du langage courant, mais elles n'en demeurent pas moins des marques de commerce déposées. Vous devez donc effectuer une recherche dans la Base de données sur les marques de commerce canadiennes afin de vous assurer que les termes que vous désirez employer pour désigner vos marchandises ou vos services n'ont pas déjà été déposés en tant que marques de commerce.

Assurez-vous que vous avez énuméré toutes les marchandises ou tous les services en liaison avec lesquels vous avez employé ou vous avez l'intention d'employer votre marque de commerce, car vous ne pourrez ajouter d'autres marchandises ou services après la production de la demande. N'oubliez pas : les marchandises ou les services que vous employez déjà doivent être énumérés séparément des marchandises ou des services que vous projetez d'employer.

Conformément à la Loi sur les marques de commerce, les marchandises ou services visés par les demandes d'enregistrement doivent être présentés dans les termes ordinaires du commerce. Autrement dit, vous devez indiquer de la manière la plus complète et précise possible le nom usuel des produits ou des services visés par votre demande d'enregistrement (p. ex., chemise, pain, sofa, etc.). Si vous avez besoin d'aide, nous vous invitons à consulter le Manuel des marchandises et services qui contient une liste des descripteurs acceptables de bon nombre de marchandises et de services ainsi que des consignes permettant de choisir les descripteurs acceptables pour les marchandises et les services qui n'apparaissent pas dans la liste.

Date de premier emploi au Canada

Si vous avez employé votre marque de commerce au Canada en liaison avec des produits ou des services, vous devez informer le Bureau des marques de commerce de la date de premier emploi. Assurez-vous que la date de premier emploi PRÉCÈDE la date de production de votre demande. Si la date de premier emploi est ULTÉRIEURE à la date de production de votre demande, il peut être préférable de présenter une demande pour une marque de commerce projetée.

Date de premier emploi acceptable

Si vous ne précisez que le mois et l'année du premier emploi, le dernier jour de ce mois sera présumé comme étant la date de premier emploi. Si vous ne précisez que l'année, la date de premier emploi sera automatiquement considérée comme étant le 31 décembre. Or, la date de premier emploi ne peut jamais être ultérieure à la date de production de la demande. Par exemple, si vous avez produit votre demande en 2004 et que vous déclarez ensuite avoir employé votre marque de commerce en liaison avec vos marchandises ou vos services « depuis 2004 », le Bureau des marques de commerce présumera que vous utilisez cette marque de commerce depuis le dernier jour de l'année civile 2004. Si vous avez produit votre demande avant le 31 décembre 2004, votre date de premier emploi serait donc être inacceptable, car elle serait ULTÉRIEURE à votre date de production.

Est-ce un mot ou un dessin?

Vous devez être précis au sujet de ce que vous voulez enregistrer. S'agit-il d'un ou de plusieurs mots qui ne sont pas représentés sous une forme spéciale? S'agit-il plutôt d'un dessin comprenant une forme spéciale? Dans le premier cas, s'il n'y a pas de forme spéciale, indiquez simplement : « La marque de commerce est », et, juste à côté, inscrivez le ou les mots en lettres majuscules ou minuscules. Dans le second cas, si la marque de commerce est un dessin, indiquez : « La marque de commerce est présentée dans le dessin ci-joint », et annexez le dessin à la demande dans l'espace prévu à cette fin. Si vous avez de la difficulté à décider de ce que vous voulez enregistrer, vous pouvez consulter la section « Demande d'enregistrement » du présent guide.

Requérant

Le Bureau n'émet pas d'enregistrement au nom de plusieurs individus, à moins que ces individus forment une société de personnes ou une entreprise en coparticipation, qui est considérée une association reconnue par la loi.


Annexe I — Foire aux questions

1. Qu'est-ce qu'une marque de commerce?

Une marque de commerce peut se composer de un ou une combinaison de mots, de sons ou de dessins servant à distinguer les produits ou les services d'une personne ou d'un organisme de ceux que d'autres offrent sur le marché.

Les marques de commerce représentent non seulement les biens ou les services eux-mêmes, mais aussi la réputation du producteur. À ce titre, elles sont considérées comme une propriété intellectuelle importante.

Il existe trois types de marques de commerce :

  • Une marque ordinaire comprend un ou une combinaison de mots, de sons ou de dessins servant à distinguer les produits ou les services d'une personne ou d'un organisme de ceux que d'autres offrent sur le marché. Par exemple, supposons que le requérant a ouvert une entreprise de messagerie qu'il veut appeler Grand galop. Il pourrait enregistrer ces mots comme une marque de commerce pour le service qu'il offre (si toutes les exigences légales ont été satisfaites).
  • Une marque de certification appartient à une personne ou à un organisme qui accorde des licences à d'autres pour désigner des produits ou des services qui répondent à une norme définie. À titre d'exemple, on peut citer le dessin de Woolmark, propriété de l'organisme Woolmark Americas Ltd., qui est apposé sur des vêtements et d'autres produits.
  • Un signe distinctif comprend le façonnement de produits ou de leurs contenants, ou au mode d'envelopper ou d'empaqueter des produits afin de les distinguer comme étant produit par une personne ou une entreprise spécifique. Par exemple, si le requérant fabrique des bonbons en forme de papillon, il voudra peut-être enregistrer cette forme en tant que signe distinctif.

Pour obtenir plus de renseignements, veuillez vous référer au Guide des marques de commerce.

2. Comment produire une demande d'enregistrement de marque de commerce au Canada?

Vous pouvez déposer une demande en ligne ou par télécopieur au numéro 819-953-2476. Il est possible d'imprimer les formulaires directement à partir de notre site Web.

Pour obtenir plus de renseignements, veuillez vous référer au Guide des marques de commerce.

3. Quelles étapes doit-on franchir pour obtenir l'enregistrement d'une marque de commerce?

L'enregistrement d'une marque de commerce comporte généralement les étapes suivantes :

  • le dépôt de votre demande;
  • l'examen de votre demande;
  • la publication de votre demande dans le Journal des marques de commerce;
  • une période d'attente pour permettre au public de produire une déclaration d'opposition à votre demande, s'il y a lieu;
  • l'admission de votre demande (s'il n'y a pas d'opposition ou si celles-ci sont tranchées en votre faveur);
  • l'enregistrement de votre marque de commerce.

Pour obtenir plus de renseignements, veuillez vous référer au Guide des marques de commerce.

4. Combien coûte l'enregistrement?

Dans tous les cas, des frais de production de demande et des frais d'enregistrement sont exigés. Veuillez consulter notre Tarif des taxes.

Si vous demandez à un agent de marques de commerce de vous représenter, vous devrez débourser des frais supplémentaires pour bénéficier de ses services.

Pour obtenir plus de renseignements, veuillez vous référer au Guide des marques de commerce.

5. Quelle est la différence entre une marque de commerce déposée et une marque de commerce qui ne l'est pas?

Une marque de commerce déposée est une marque inscrite au registre des marques de commerce. Le registre renferme toutes les marques de commerce qui ont fait l'objet d'une demande formelle et qui ont été enregistrées au Canada. Le Bureau des marques de commerce gère le registre.

Pour obtenir plus de renseignements, veuillez vous référer au Guide des marques de commerce.

6. Qu'est-ce qui ne peut être déposé?

Les genres de marques que la Loi sur les marques de commerce ne vous autorise pas à enregistrer comprennent :

  • les noms et les noms de famille;
  • les marques descriptives;
  • les descriptions fausses et trompeuses;
  • les mots désignant un lieu géographique connu pour être le lieu d'origine des produits ou des services offerts;
  • des mots ou des dessins pouvant créer de la confusion avec une autre marque de commerce déjà enregistrée ou une marque en instance;
  • des mots ou des dessins qui ressemblent étroitement à une marque interdite.

Pour obtenir plus de renseignements, veuillez vous référer au Guide des marques de commerce.

7. Qui peut demander l'enregistrement d'une marque de commerce?

Les entreprises, les particuliers, les sociétés, les syndicats ou les associations légitimes, pourvu qu'ils répondent aux exigences de la Loi sur les marques de commerce et du Règlement sur les marques de commerce.

Pour obtenir plus de renseignements, veuillez vous référer au Guide des marques de commerce.

8. Puis-je déposer un mot et un dessin ensemble dans la même demande?

Oui, si vous avez l'intention d'utiliser toujours la combinaison du (des) mot(s) et du dessin en liaison avec vos produits et services. Vous pouvez déposer une seule demande illustrant la marque de commerce comme combinaison du (des) mot(s) et du dessin en noir et blanc.

Toutefois, si vous avez l'intention d'utiliser le(s) mot(s) séparément du dessin, vous souhaiterez peut-être présenter deux demandes distinctes : l'une pour le(s) mot(s) et l'autre pour le dessin.

9. Quelle est la différence entre un nom commercial et une marque de commerce?

Un nom commercial est le nom sous lequel vous exercez vos activités commerciales. Il peut être déposé en vertu de la Loi sur les marques de commerce seulement s'il est également utilisé comme marque de commerce, c'est-à-dire s'il est utilisé pour établir une distinction entre vos produits ou services et ceux d'autrui.

Pour obtenir plus de renseignements, veuillez vous référer au Guide des marques de commerce.

10. Le symbole ®, MC ou MD devrait-il faire partie de ma marque de commerce?

Non. La Loi sur les marques de commerce du Canada ne comporte aucune exigence concernant le marquage.

Veuillez noter que la Loi sur le poinçonnage des métaux précieux s'applique aux marques de commerce déposées au Canada. Celle loi précise que le requérant doit déposer une demande pour la marque de qualité (p. ex., la désignation « or dix carats ») qu'il souhaite utiliser sur ses produits. La marque de qualité elle-même n'est pas obligatoire.

Glossaire

A

Abandon
Une demande d'enregistrement de marque de commerce peut être considérée comme ayant été abandonnée si le requérant ne suit pas toutes les étapes du processus.
Admission
Reconnaissance par le Bureau des marques de commerce qu'une demande est admissible à l'enregistrement. Le requérant reçoit un « avis d'admission » (ce qui n'est pas la même chose qu'un « certificat d'enregistrement »).
Agent de marques de commerce
Personne dont le nom est inscrit sur la liste des agents de marques de commerce officiellement reconnus et qui est donc habilité à exercer sa profession auprès du Bureau des marques de commerce.
Annonce
Publication d'une demande d'enregistrement de marque de commerce dans le Journal des marques de commerce. Les détails relatifs à la marque de commerce sont ainsi publiés afin de donner au public l'occasion de s'opposer à la demande (contestation).

B

Brevet
Un brevet est un document aux termes duquel le gouvernement accorde à un inventeur le droit d'empêcher d'autres personnes de fabriquer, d'exploiter ou de vendre une invention. Un brevet canadien est applicable pendant 20 ans à partir de la date à laquelle la demande a été déposée. La demande de brevet est rendue publique 18 mois après son dépôt. Les brevets couvrent les nouvelles inventions (procédé, machine, fabrication ou composition de matières) ainsi que tout perfectionnement d'une invention existante présentant le caractère de la nouveauté et de l'utilité.
Bureau des marques de commerce
Organisme du gouvernement fédéral chargé d'administrer les marques de commerce au Canada.

C

Certificat d'enregistrement
Document officiel attestant qu'une marque de commerce a été enregistrée (déposée) au Registre des marques de commerce.
Cession (voir également Transfert)
Transfert des droits d'une marque de commerce du propriétaire à un tiers.
Constitution en société
Création d'une société par actions en vertu de la loi, en produisant les documents requis.
Contrefaçon (d'une marque de commerce)
Violation des droits rattachés à une marque de commerce par l'utilisation non autorisée de ladite marque.

D

Date de production
Date à laquelle une demande dûment remplie est déposée auprès du Bureau des marques de commerce (ne pas confondre avec la date d'enregistrement dans le Registre des marques de commerce).
Dénomination de variété végétale
Une dénomination de variété végétale est un droit concédé au propriétaire en ce qui concerne le contrôle de la multiplication et de la vente de matières reproductives à l'égard d'une variété végétale particulière.
Dénomination sociale
Nom enregistré par un organisme constitué de plein droit et sous lequel celui-ci fait affaire. Une dénomination sociale peut également être une marque de commerce, dans certains cas.
Description fausse et trompeuse
Mot qui ne peut pas être enregistré comme marque de commerce ou partie d'une marque de commerce parce qu'il induit en erreur.
Désistement
Déclaration selon laquelle un requérant ne détient pas les droits exclusifs à l'égard d'un mot ou d'une partie d'une marque de commerce
Dessin industriel
Un dessin industriel concerne les caractéristiques visuelles touchant la configuration, le motif ou les éléments décoratifs, ou toute combinaison de ces caractéristiques, d'un objet fini. Par exemple, la forme d'une table ou la forme et le décoration d'une cuillère peuvent être des dessins industriels. Le dessin doit posséder des caractéristiques visant à capter l'intérêt visuel. Pour que votre dessin puisse être enregistré, il doit être original.
Dossiers des marques de commerce
Index des marques de commerce déposées et des demandes en instance tenu à jour sous forme électronique par le Bureau des marques de commerce.
Droit d'auteur
En général, le droit d'auteur désigne le droit exclusif de produire ou de reproduire la totalité ou une partie importante de l'œuvre sous une forme quelconque. Ce droit comporte le droit d'exécuter une œuvre ou toute partie importante de cette œuvre, ou dans le cas d'une conférence, le droit de la donner. Si l'œuvre n'est pas publiée, le droit d'auteur inclut le droit de publier l'œuvre ou d'en publier une partie importante.
Droits
Somme déterminée qu'il faut payer au Bureau des marques de commerce pour un service donné.

E

Emploi projeté
Utilisation qu'un propriétaire compte faire d'une certaine marque de commerce et façon dont se fera l'emploi.
Enregistrement
Inscription d'une marque de commerce au Registre des marques de commerce, conformément à la Loi sur les marques de commerce.
Examen
Processus par lequel le Bureau des marques de commerce détermine s'il est justifié d'enregistrer une demande d'enregistrement de marque de commerce.

I

Indication géographique protégée
Indication qui désigne un vin ou un spiritueux selon son lieu d'origine dans les cas où sa réputation ou une autre de ses qualités ou caractéristiques peut être essentiellement attribuées à son origine géographique, lorsque le vin ou le spiritueux figure dans la Liste des indications géographiques, tenue par le registraire des marques de commerce.

J

Journal des marques de commerce
Publication hebdomadaire du Bureau des marques de commerce contenant toutes les demandes approuvées et toutes les décisions du Bureau.

L

Licencié
Particulier ou organisme autorisé par le propriétaire d'une marque de commerce à utiliser cette marque selon certaines modalités. Si une entité obtient du propriétaire, ou avec l'autorisation de celui-ci, une licence d'emploi de la marque de commerce et que le propriétaire exerce un contrôle direct ou indirect sur le caractère ou la qualité des produits ou des services en liaison avec lesquels la marque est employée, l'emploi par le licencié de la marque ou d'un nom commercial englobant la marque est réputée avoir et avoir toujours eu le même effet que son emploi par le propriétaire
Lieu d'origine
Mot ou représentation qui désigne l'origine d'un produit ou d'un service.
Loi sur les marques de commerce
Loi fédérale régissant l'enregistrement des marques de commerce au Canada.

M

Manuel des marchandises et services
Guide utilisé pour décrire les marchandises et les services dans les demandes d'enregistrement de marque de commerce, conformément à l'alinéa 30a) de la Loi sur les marques de commerce.
Manuel d'examen des marques de commerce
Guide qui explique les lignes directrices prévues par la loi relatives à l'examen des demandes d'enregistrement de marques de commerce et qui expose l'interprétation des dispositions de la Loi sur les marques de commerce et du Règlement sur les marques de commerce établie par les tribunaux. Ce guide est utilisé principalement par les examinateurs de marques de commerce dans le cadre du processus d'examen.
Marchandises (voir également Biens et Produits)
Tout article qui fait normalement l'objet d'un commerce, c.-à-d. qui est vendu, loué ou autrement écoulé sur le marché.
Marque comportant une description « évidente »
Mot qui décrit une caractéristique inhérente d'un produit ou d'un service et qui, par conséquent, n'est pas enregistrable comme marque de commerce ni comme une partie d'une marque de commerce.
Marque de certification
Marque identifiant le fait que des marchandises ou des services répondent à une norme définie, par exemple, le dessin de Woolmark apposé sur les vêtements.
Marque de commerce

Une marque de commerce peut se composer de un ou une combinaison de mots, de sons ou de dessins servant à distinguer les produits ou les services d'une personne ou d'un organisme de ceux que d'autres offrent sur le marché.

Les marques de commerce représentent non seulement les biens ou les services eux-mêmes, mais aussi la réputation du producteur. À ce titre, elles sont considérées comme une propriété intellectuelle importante.

Il existe trois types de marques de commerce :

  • Une marque ordinaire comprend un ou une combinaison de mots, de sons ou de dessins servant à distinguer les produits ou les services d'une personne ou d'un organisme de ceux que d'autres offrent sur le marché. Par exemple, supposons que le requérant a ouvert une entreprise de messagerie qu'il veut appeler Grand galop. Il pourrait enregistrer ces mots comme une marque de commerce pour le service qu'il offre (si toutes les exigences légales ont été satisfaites).
  • Une marque de certification appartient à une personne ou à un organisme qui accorde des licences à d'autres pour désigner des produits ou des services qui répondent à une norme définie. À titre d'exemple, on peut citer le dessin de Woolmark, propriété de l'organisme Woolmark Americas Ltd., qui est apposé sur des vêtements et d'autres produits.
  • Un signe distinctif comprend le façonnement de produits ou de leurs contenants, ou au mode d'envelopper ou d'empaqueter des produits afin de les distinguer comme étant produit par une personne ou une entreprise spécifique. Par exemple, si le requérant fabrique des bonbons en forme de papillon, il voudra peut-être enregistrer cette forme en tant que signe distinctif.
Marque de commerce déposée (voir également Marque de commerce enregistrée)
Marque de commerce inscrite au Registre des marques de commerce du gouvernement fédéral; cette procédure atteste officiellement les droits du propriétaire sur la marque.
Marque de commerce enregistrée (voir également Marque de commerce déposée)
Marque de commerce inscrite au Registre des marques de commerce du gouvernement fédéral; cette procédure atteste officiellement les droits du propriétaire sur la marque.
Marques interdites
Marques qu'il est expressément interdit d'employer et qui ne peuvent être déposées en vertu de la loi.
Mot servant de marque
Marque de commerce prenant la forme de mots rédigés en caractères ordinaires, quelle que soit la couleur ou la police de caractères.

N

Nom commercial
Nom sous lequel une entreprise ou un particulier choisit d'exercer une activité commerciale. Un nom commercial peut aussi être une marque de commerce, dans certains cas.

O

Opposition
Processus par lequel tout membre du public peut s'opposer à l'octroi de l'enregistrement d'une marque de commerce s'il a des motifs valables de le faire (toute personne faisant opposition doit payer les droits réglementaires).

P

Preuve prima facie (preuve directe)
Preuve suffisante en vertu de la loi pour établir un fait ou pour faire naître une présomption de fait à moins que celle-ci ne soit réfutée.
Produits (voir également Biens et Marchandises)
Tout article qui fait normalement l'objet d'un commerce, c.-à-d. qui est vendu, loué ou autrement écoulé sur le marché.
Propriété intellectuelle
Forme de travail de création qui peut être protégée par une marque de commerce, un brevet, un droit d'auteur, un dessin industriel ou une topographie de circuits intégrés.

R

Radiation
Retrait d'une marque de commerce du Registre des marques de commerce.
Radiation sommaire (procédures en vertu de l'article 45)
Procédure suivie lorsque le registraire émet un avis au propriétaire inscrit d'une marque de commerce pour lui demander de fournir des éléments de preuve montrant qu'il a employé la marque de commerce au Canada au cours des trois années précédentes (quiconque demande la délivrance d'un tel avis doit acquitter les droits réglementaires).
Recherche avant l'annonce
Deuxième recherche dans les dossiers du Bureau des marques de commerce pour s'assurer qu'il n'existe aucune marque de commerce avec laquelle la marque que désire déposer le requérant soit en conflit, avant qu'une demande donnée soit annoncée dans le Journal des marques de commerce.
Recherche préliminaire
La recherche dans les dossiers du Bureau des marques de commerce que l'on devrait effectuer avant de présenter une demande d'enregistrement de marque de commerce.
Registre des marques de commerce
Liste officielle des marques de commerce déposées au Canada.
Règlement sur les marques de commerce
Règlement d'application de la Loi sur les marques de commerce du Canada, édicté en vertu de l'article 65 de la Loi.
Représentant pour signification
Personne au Canada nommée par le requérant et chargée de recevoir tout avis, et à qui peuvent être délivrées toutes procédures, relativement à la demande, avec le même effet que si elles avaient été délivrées ou signifiées au requérant.

S

Services
Toute activité ou tout bien intangible dont peuvent bénéficier des tiers et qui fait normalement l'objet d'un commerce, c.-à-d. qui est exécuté ou offert sur le marché.
Signe distinctif
Mise en forme de produits ou de leurs contenants, ou méthode utilisée pour envelopper ou emballer des marchandises, qui leur donne une apparence distincte et les distingue des marchandises qu'offrent les autres sur le marché.

T

Termes ordinaires du commerce
Description générique habituellement utilisée dans le commerce pour désigner des marchandises ou des services précis.
Topographie de circuits intégrés
Une topographie de circuits intégrés fait référence aux configurations tridimensionnelles des circuits électroniques incorporés dans des produits de circuits intégrés ou des schémas de montage.
Transfert (voir également Cession)
Acte par lequel les droits liés à une marque de commerce sont transférés d'une personne ou d'un organisme à un(e) autre.